Le Blog

Samedi 26 août 2017

Dernier chapitre de cette aventure, en route pour l’Allemagne, Munich. Quelques bouchons plus tard, nous prenons le métro pour se rendre sur la Place de la Mairie (Marienplatz), l’hyper centre. Évidemment touristes y vont bon train mais c’est incontournable dans cette ville.

Nous avons trouvé de quoi nous restaurer dans une brasserie traditionnelle : serveurs en tenue folklorique, bières, saucisses et pommes de terre… La ville, tout comme Zagreb, avait des airs de Strasbourg.

Cette petite halte ne signifie pas que tout s’arrête mais que tout peut continuer… à très bientôt à nos côtés pour découvrir de nouvelles destinations en famille.

Vendredi 25 août 2017

Nous avons loué un appartement chez l’habitant au cœur de Zagreb, la capitale croate. Nous sommes idéalement situés puisque proches des plus beaux monuments comme le théâtre national dont nous avons profité de la terrasse ombragée pour se réhydrater. Il fait plus de 34° et pas un brin d’air en ce milieu d’après midi. Nous nous promenons dans l’hyper centre très agréable, les autochtones terminant le travail et commençant à sortir. Les terrasses des cafés, bars à vins et bières se remplissent tranquillement. Les gens ici sont paisibles.

Quelques emplettes souvenirs pour les enfants et poursuivons notre escapade dans le vieux Zagreb, la ville haute. Nous tombons sur des quartiers très animés, des rues entières de restaurants où plus de 10 nationalités cohabitent. Une ambiance chaleureuse, détendue se mêle à la chaleur de la nuit qui s’annonce et qui sera malheureusement la dernière sur le territoire croate.

Nous reprenons le chemin de l’Italie dès demain. Nous n’avons pas encore fixé notre point de chute….

Jeudi 24 août 2017

Nous remontons tranquillement en ce 24 août le long de la côte croate. Nous avons jeté notre dévolu pour cette dernière étape de mer sur NIN.
Située à 15km au nord de ZADAR, cette petite ville est sur un îlot au milieu d’un lagon. Les croates viennent s’y baigner et profitent également des bains de boue réputés que propose l’autre extrémité de la baie.

 

Nous terminons la journée à ZADAR, capitale de la Dalmatie. Au coucher du soleil, un spectacle unique au monde s’offre à nous et aux centaines de personnes présentes sur la berge : l’orgue maritime et les jeux de lumières rendent l’attraction très originale. L’orgue maritime est une construction au bout des quais qui par l’intermédiaire de tuyaux et de trous permet à la mer et au vent de s’exprimer plus ou moins fortement en fonction des conditions météos. Les enfants étaient ravis.

En poursuivant notre chemin sur les berges de la vieille ville, nous avons été happés par la fête de la bière locale : foodtrucks à base de hamburgers de thon ou hotdogs, musique rock et concert d’artistes locaux, bières de pays au goût méconnu mais excellent.

Nous avons pu profiter de l’ambiance et de la douceur de la nuit dans la veille ville. Demain Zagreb.

Mercredi 23 août 2017

Mercredi, jour des enfants, nous n’excédons pas 30 min de voiture… ça nous fait du bien aussi!!!
Nous partons à la recherche d’un centre de plongée sur la presqu’île, mais plus rien de dispo pour la journée, on retentera notre chance vers ZADAR.
Visite de la petite ville fortifiée de STON, en train de se refaire une beauté.

Recherche infructueuse de poisson au bord de mer, nous rentrons dans nos appartements pour profiter de l’eau, de la plage de sable fin, assez rare en Croatie.

Mardi 22 août 2017

Les enfants nous réclament la mer, nous arrêtons là les Roadbooks et prenons la direction de la Croatie. Nous nous arrêtons d’abord à DUBROVNICK en bord de mer, sous les oliviers et nous prendrons notre temps pour remonter la côte croate (plongée, kitesurf, baignade, marchés locaux….) afin que tout le monde en profite et se repose.

Lundi 21 août 2017

En ce 21 août, ce fut la visite émouvante du Tunnel.

Le Tunnel de Sarajevo est un tunnel creusé sous l’aéroport de Sarajevo pendant le siège de la ville, alors que cette dernière était isolée des territoires contrôlés par l’armée bosnienne et les Nations unies. Le tunnel reliait les quartiers de Dobrinja et de Butmir et permit d’apporter des vivres, du matériel de guerre et de l’aide humanitaire vers la ville tout en évacuant malades et blessés vers l’extérieur.

 

 

Nous prenons ensuite la direction du Monténégro. Piste annoncée sur quelques kilomètres et malheureusement nous devons rebrousser chemin après plusieurs essais infructueux sur le pont effondré .

 

Nous traversons des canyons avant d’arriver à la frontière Monténégrine où nous poireautons 1h30…..

Le parc DURMITOR s’offre enfin à nous. Une splendeur indescriptible entre les fjords norvégiens et la campagne irlandaise. Les couleurs changeantes de l’automne rendent le monde spectacle encore plus extraordinaire. Les pistes empruntées sont étroites et longent la rivière de la DRINA.

 

Nous campons dans un appartement (et c’est peu de le dire) au point culminant des Balkans à 1690m où la température n’excède pas 11° le jour donc nous n’avons pas pris le risque avec les enfants déjà malades (Et de 3 dans la nuit!!!!).

Dimanche 20 août 2017

Nous laissons derrière nous ce petit bout de paradis de la Bosnie pour atteindre Sarajevo.

 

Midi nous nous arrêtons au bord d’un lac pour que les enfants puissent s’y baigner après de longs moments assis dans la voiture. Un peu de repos pour nous aussi à les contempler.

Un bref repas et nous repartons par les grands axes afin d’atteindre la capitale un peu plus vite. Nous précisons que nous n’avons jamais réserver de logement… donc on espère trouver quelque chose!!!!!

On passe par l’ancien site des jeux olympiques (1984 quelle merveilleuse année!!!) qui se refait une beauté, par contre sous la brume la pluie et 11°.

Nous arrivons à Sarajevo vers 15h, traversons la nouvelle partie qui ne change pas des capitales européennes et nous rendons dans la Old Town au nom imprononçable.

Nous nous dirigeons sur les hauteurs de la vieille ville où nous tentons notre chance dans une auberge de jeunesse, l’hôtel Like. J’adore ce principe d’y aller au petit bonheur la chance surtout lorsque vous rencontrez en plus des personnes extraordinaires.

 

 

Voici notre hôtesse, jeune femme de 32 ans qui tient avec son mari cette auberge et qui a fuit la guerre avec ses parents en France. En discutant, nous percevons une pointe de nostalgie quant à l’époque de TITO. Elle regrette aussi la jeunesse actuelle qui ne se bat pas pour la démocratie mais simplement pour obtenir plus de superficiel. Cette rencontre a été merveilleuse et nous espérons revenir ici rapidement.

 

Notre temps sur place malheureusement était trop court, nous n’avons pu voir qu’une partie des monuments de la vieille ville et goûter que trop peu aux plats locaux.

 

Samedi 19 août 2017

Aujourd’hui étape de KUPRES à MOSTAR, autant de piste que de route. Quelques courses pour notre pique nique traditionnel de midi/14h, et nous voici prêts pour affronter une autre partie de l’histoire bosniaque.

Nous traversons des endroits déserts ou désaffectés. Ici il y a plus de cimetières que d’habitants. C’est vraiment troublant. Une étape riche en montagne et forêt qui malheureusement était en feu sur l’autre versant. Plusieurs hectares sont partis en fumée sans que personne n’intervienne.

Nous arrivons à MOSTAR et sommes happés comme tous les touristes par le pont STARI MOST détruit pendant la guerre et refait à neuf par les Français

Dans cette ville une antenne française a été créée après la reconstruction et on peut y trouver expos, concerts, et autres échanges culturels entre les 2 pays. Nous ne savions pas vraiment où nous étions, en Turquie, au Maghreb…????

Après s’être fait dérober 100 kunas soit 12 euros pour un parking surveillé, nous avions l’impression d’une arnaque à grande échelle. La vieille ville est jolie mais cet abus la rend plutôt désagréable.

Nous rebroussons chemin au bout d’1h30 pour trouver un camping pour la nuit. Et là c’est un paradis que nous découvrons. Petit autokamp de 30 places gérées par des jeunes d’une trentaine d’années qui dès le début nous invitent à nous poser et venir boire un verre offert par la maison. Tout est arboré, au pied coule une rivière où est aménagé une petite plage. Canoës, pédalos, chaises longues sont à dispos. Avec notre verre de bienvenue, ils nous servent une assiette de fruits frais rafraîchissante par les 37° ambiants. Un cadre agréable et reposant où nous captons vraiment la mentalité des jeunes bosniaques, leur ouverture d’esprit et la convivialité dont ils font preuve. Demain visite tant attendue (en tout cas pour moi) de Sarajevo.

Vendredi 18 août 2017

Visite des lacs de PLITVICE.

Nous nous levons de très bonne heure, sont prévues des files d’attente de plusieurs heures aux guichets. Nous arrivons sur le site vers 7h45 (ouvrant a 7h) et il y a déjà une file de plus d’1h30!!!!! Nous coupons au plus court et allons vers l’entrée secondaire. Nous n’avons que 7 minutes d’attente avant de nous en mettre plein des yeux.

Sur les conseils d’une employée, nous prenons le petit train/bus pour la partie haute, de là nous descendons vers les lacs 1 à 9 et prenons le bateau pour traverser le plus grand d’un bout à l’autre.

Après encore quelques kilomètres de marche nous ressortons du Parc National pour prendre la direction de la BOSNIE-HERZEGOVINE, une étape qui s’annonce difficile. Et ça n’a pas été de tout repos. La route, les pistes, les villages fantômes, les maisons dévastées, les paysages presque d’une autre planète. Tout était réuni pour que l’émotion soit à son paroxysme et cela n’a pas échappé à Gaston.

Nous avons laissé de côté une partie du roadbook pour nous rendre directement à KUPRES, une station de ski réputée de Bosnie où se déroulent des épreuves de slalom géant nationales et internationales.
Nous prenons nos quartiers dans l’hôtel ADRIASKI presque privatisé pour notre venue!!!! Repas et bières locales au menu avant une bonne nuit de sommeil.

Jeudi 17 août 2017

Aujourd’hui dépaysement garanti, nous avons longé la côte jusqu’à Starigrad et en avons profité pour piquer une tête dans une petite crique le long de la route.

Après ce petit aparté, nous empruntons enfin les pistes croates : paysages sensationnels où les forêts succèdent à un environnement lunaire (identique au tunnel du Parpaillon).

 

Nous nous sentons bien seuls par moment sur les routes. Nous avons tout de même croisé un berger et son troupeau de moutons ainsi que 3 couples de motards français originaires de Grenoble.

Mais nous devons faire vite, il nous reste 150km avant la nuit et notre bivouac. Demain les lacs de Plitvice.